Actions : entrées d’AMUNDI, ELIS et PEUGEOT, sorties de FAURECIA, MAISON DU MONDE et SANOFI

 

Après le premier tour des élections présidentielles, Kepler-Cheuvreux modifie sa sélection de valeurs
Entrées : AMUNDI, ELIS, PEUGEOT
Sorties : FAURECIA, MAISON DU MONDE, SANOFI
Voici le Commentaire

Cette semaine devait marquer la fin d’une attente de longue haleine concernant l’avenir politique de la France. L’annonce d’un face à face Emmanuel Macron – Marine Le Pen au second tour a ainsi permis de faire bondir les marchés boursiers en début de semaine en diminuant le risque politique en France et les craintes d’une sortie de l’Union européenne. Le reste de la semaine a ensuite moins convaincu les investisseurs, aussi bien le manque de détails donnés par la Maison Blanche sur la réforme fiscale américaine que l’absence de nouvelles informations du côté de la BCE.

 

Diminution du risque politique en France Un face à face attendu Les sondages sont cette fois-ci parvenus à prévoir l’issue du premier tour des présidentielles. Emmanuel Macron est arrivé en tête dimanche dernier, avec 24% des suffrages, et affrontera bien Marine Le Pen (21.3%) au second tour, un duel pour lequel il part grand favori après le ralliement de plusieurs dirigeants politiques. Cette élection tourne ainsi une page de l’histoire politique française puisqu’aucun des deux partis majeurs de la Vème République n’est présent au second tour, Les Républicains de François Fillon ayant obtenu 20% des voix et le Parti Socialiste de Benoît Hamon seulement 6.4%. Cette élection révèle également une montée des extrêmes puisqu’en additionnant les voix du Front National (21.3%) et de La France Insoumise (19.6%) de Jean-Luc Mélenchon, on constate que plus de 40% des français rejettent le modèle européen et le libéralisme.
Face à ce résultat, les marchés ont réagi très positivement puisqu’au lendemain du scrutin, le CAC 40 a enregistré sa plus forte hausse en pourcentage depuis août 2012 (à +4.14%) et terminé à son plus haut niveau depuis janvier 2008 (à 5 273 points), dans des volumes représentant plus du double de la moyenne des 90 séances précédentes. La perspective du duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour de la présidentielle a en effet rassuré les investisseurs car elle écarte, selon la plupart des commentaires, le risque de voir un eurosceptique entrer à l’Elysée. Néanmoins, si Emmanuel Macron est élu dimanche 7 mai, certaines questions se poseront inévitablement, notamment concernant sa capacité à obtenir une majorité parlementaire lors des élections législatives de juin prochain, afin de pouvoir mettre son programme en application.
Impact sur notre allocation sectorielle et géographique Même si quelques incertitudes subsistent, la forte diminution du risque politique en France conduit nos stratégistes à ajuster l’exposition de leur portefeuille d’investissement. D’un point de vue géographique, nous privilégions désormais logiquement le marché français (relèvement de neutre à surpondérer) et dégradons en contrepartie le marché britannique (de neutre à sous-pondérer). La levée d’une grande partie des incertitudes politiques en France nous conduit en effet à privilégier dorénavant les valeurs domestiques plutôt que les larges capitalisations boursières à exposition internationale, qui sont davantage représentées sur le marché britannique. Sur le plan sectoriel, nos stratégistes relèvent le secteur bancaire (de neutre à surpondérer) et abaissent en contrepartie le secteur de l’énergie (de surpondérer à neutre).
En conclusion nous adoptons une politique d’investissement davantage tournée vers le risque et privilégions désormais le local par rapport au global. Sélection de Valeurs : entrée de Amundi, Elis et Peugeot. Nous ajustons notre Sélection de Valeurs afin de privilégier désormais les titres qui bénéficieraient de la mise en application du programme du candidat En marche ! Nous pensons donc que les titres fortement exposés au marché français sont désormais les mieux positionnés, avec idéalement une exposition aux secteurs qui profiteront le plus du programme (disparition du risque de Frexit, réduction des charges sociales, transition énergétique…). Dans ce contexte, nous choisissons de retirer de notre liste Faurecia, Maisons du Monde et Sanofi et de les remplacer par Amundi (augmentation de l’exposition aux financières), Elis (réduction de charges sociales, solide pouvoir de fixation des prix) et Peugeot (profil plus domestique que Faurecia).

AMUNDI (Objectif : 65€)
Avec l’acquisition de Pionner Investments, Amundi est devenu le premier gérant d’actifs européen. Surtout, le groupe français poursuit sa diversification : 1) par ligne de produits avec une réduction de la part des produits de taux d’intérêt dans les encours sous gestion globaux, 2) par type de clientèle avec une montée en puissance de la part des clients privés dans les encours sous gestion globaux et 3) géographique avec une réduction de l’exposition au marché français. Enfin, la valorisation actuelle est selon très attractive puisque le titre ne se paie que 11.5x les résultats 2019E.

ELIS (Objectif : 21€)
Leader européen de la blanchisserie industrielle, Elis offre un profil solide (résistance, croissance des résultats, génération de cash-flows) et une valorisation attractive (décote par rapport aux pairs). Nous pensons que les opérations de croissance externe constituent le principal catalyseur du titre. Elles ont permis à Elis d’entrer dans de nouveaux pays et d’y renforcer ses positions locales, ce qui est d’autant plus important qu’il existe une corrélation directe entre la part de marché locale et la rentabilité.

PEUGEOT (Objectif : 24€)
Peugeot a précisé les termes (plutôt favorables) du rachat d’Opel en mars dernier et fixé de nouveaux objectifs (prudents mais qui pourront probablement être revus en hausse) pour les prochaines années. La nouvelle entité pourra profiter de la complémentarité géographique de Peugeot (France, Europe du Sud) avec Opel (Allemagne, Royaume-Uni, Europe du Nord). Par ailleurs, le groupe devrait bénéficier à plein d’une politique de réduction des charges sur les bas salaires en France (jusqu’à 2.5x le SMIC) grâce à son profil domestique.

Ci-dessous l’image du portefeuille mis à jour au 28/04/2017. Il est valorisé à 164 715 €.
Ce portefeuille a été composé en juin 2009 avec 64 000 €.

 

 

Bons investissements, à bientôt

Les informations et analyses diffusées par Parlons Patrimoine ne constituent qu’une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Crédit Agricole SA ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l’utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter. Les investissements présentés ici sont dynamiques et présentent un risque de perte en capital L’adaptation de nos propositions au profil d’investissement de chaque client suit 4 règles principales :
– Cantonnement : définition d’un pourcentage du patrimoine financier soumis au risque, avec un conseil et un suivi global sur la totalité des contrats intégrant ce risque (PEA, CTO et UC d’assurance-vie)
 – Diversification : géographique, thématique, devise, différentes stratégies et sociétés de gestion, ne pas empiler du risque par des actifs identiques : lignes différentes entre PEA, CTO et UC d’assurance-vie
 – Volatilité/Gestion du risque : risque global (volatilité) relativement faible (par rapport au cac40 ou aux actions en direct par exemple), complémentarité des lignes dans le but de construire un portefeuille équilibré
– Communication/suivi : SMS et article mensuel sur le blog parlons-patrimoine