Où placer son argent en 2020 ?

Autant le dire tout de suite ! Les taux d’intérêts historiquement bas vont continuer de le rester. Dans ce contexte, le rendement réel (taux de rémunération diminué de l’inflation) de l’épargne sans risque en 2020 va demeurer dans le rouge, c’est à dire sur des niveaux inférieurs à 0% ! Il y a donc urgence à ne plus laisser dormir son épargne sur des livrets ou sur des fonds euros aux rendements faméliques.

Pourtant les enjeux n’ont pas changé. Il s’agit de disposer de revenus suffisants pour préparer des projets, faire face  à des imprévus, accompagner l’avenir de ses enfants ou, sujet d’actualité, préparer sa retraite avec en toile de fonds, se donner aussi  les moyens d’anticiper  une situation de dépendance.

Vous voyez, les motivations ne manquent pas !

Pour faire face à ces situations vous avez deux solutions : faire un effort supplémentaire d’épargne pour combler la perte de la faible rémunération actuelle et qui va le rester, ou vous tourner partiellement vers d’autres placements que les livrets et fonds euros à condition de vous donner un peu de temps et d’accepter quelques risques.

Pour les solutions, voici ce que nous conseillons…

Votre épargne de précaution sera toujours très peu rentable. Elle passe en dessous de 0% si on prend en compte l’inflation ! Elle reste cependant nécessaire car à tout moment disponible et sans risque.

Jamais le “placement préféré” des Français n’a si peu rapporté ! A partir du 1er février le taux du livret A va passer de 0,75 % à 0,50 % net d’impôt et de prélèvements sociaux. De son coté le Livret  de développement durable solidaire (LDDS), va conserver son taux de 0,75 % net d’impôt et de prélèvements sociaux. Vous pouvez y déposer jusqu’à 12 000 € contre 22 950 € pour le livret A. Tous comme les autres livrets,  ils rapporteront moins que l’inflation  (prévision au dessus de 1% pour 2020).

Si vos revenus sont modestes, préférez le  livret d’épargne populaire (LEP). Le taux à compter du 1er février sera de 1 % net d’impôt et de prélèvements sociaux, soit  plus élevé que celui du livret A et du LDDS. Vous pouvez y déposer jusqu’à 7 700 € à condition que vos revenus soient inférieurs à 19 275 € pour un célibataire ou à 29 567 € pour un couple.

Si le montant de vos liquidités dépasse le plafond de ces livrets, il faut ouvrir et alimenter votre livret sociétaire en complément des livrets réglementés. Petit rappel : l’épargne de précaution doit représenter l’équivalent de 6 mois de salaire. Aussi n’en abusez pas !

Le plan épargne logement (PEL) avec un taux de 1% redevient attractif.

Avec une rémunération de 1 % avant impôts et prélèvements sociaux (soit 0,70 % net), les PEL ouverts depuis le 1er janvier 2018 vont rapporter plus que le livret A. Pour ceux qui n’en détiennent pas, il faut donc en ouvrir un. Pour ceux qui en possèdent un,  vous avez tout intérêt à l’alimenter dans la limite du plafond de 61 200 euros de versement pour profiter de son taux de rémunération d’origine. Rappelons que pour les PEL ouvert depuis 2011 à 2,50 %, 2 %, 1,5 % et 1%, ce taux est garanti pendant 15 ans et acquis en cas de clôture après 2 ans à partir de la souscription.

L’assurance vie en unité de compte et le PEA sont les champions pour donner de la performance à votre épargne…

S’ils garantissent toujours une sécurité totale, les rendements des fonds euros des contrats d’assurance vie en raison du niveau très bas des taux d’intérêts des obligations, continuent de s’effriter (Moins de 1 % en moyenne pour 2019). En conséquence, à moins que vous ne vouliez prendre aucun risque, il est temps de transférer une partie de votre fonds euros vers les supports de diversification en unité de compte (UC). Notre préconisation est au moins de 30 % de diversification en UC.  Pour le PEA , il s’agira comme pour les UC, de bien choisir parmi la large palette des fonds et titres éligibles.

…et le Plan Epargne Retraite le plus adapté pour préparer sa retraite surtout pour les épargnants plus cigales que fourmis

Quelque soit le résultat de la réforme en cours de négociation, il va falloir pour se donner une marge de manœuvre, améliorer les pensions futures par une épargne personnelle. Dans cet objectif, le nouveau PER  est un incontournable et comprend d’innombrables atouts qui vont correspondre à toutes les situations.  C’est aussi, pour  les nombreux épargnants qui ont tendance à grignoter trop facilement dans les économies, de se donner l’OBLIGATION d’épargner pour sa retraite, dans un cadre qui va leur éviter de jouer à la cigale. Appelez donc sans tarder votre conseiller pour qu’il vous présente les atouts du PER.

Rémunération : la diversification comment ça marche ?

Vous l’avez bien compris, si on veut de la performance et préserver son pouvoir d’achat, il faut diversifier ! C’est-à-dire   “ne pas mettre ses œufs dans le même panier“, celui des livrets et des fonds euros, pour en mettre quelques uns dans le panier de la performance.

Si seulement toutes les années pouvaient ressembler à 2019 ! L’épargnant n’aurait plus à se tracasser pour savoir sur quelles actions investir précisément. Il lui suffirait d’investir dans n’importe quelles actions, quelque soit le secteur, sans même se soucier de la notion de risque.

Après l’année exceptionnelle de 2019, pour 2020, en plus de continuer ou à commercer de diversifier, il faudra en plus BIEN diversifier.

C’est la seule possibilité pour diminuer la prise de risque avec une espérance de gain identique.

Si vous n’êtes pas un spécialiste, pas de souci ! Suivez les recommandations des experts de Pyrénées Gascogne qui vous proposent des portefeuilles types, en version PEA et assurance vie, que vous allez pouvoir avec l’aide de votre conseillers, actualiser régulièrement en fonction des préconisations que vous retrouvez tous les mois dans les points mensuels Crédit Agricole PG investissements sur le blog parlons patrimoine. Ce service gratuit que nous vous offrons depuis maintenant 8  ans et qui a fait ses preuves,  va prendre toute son importance dans les semaines à venir. En effet les bourses depuis plusieurs mois volent de record en record et cela va être le moment de se montrer réactif et sélectif pour se protéger aux mieux des turbulences de marchés  et aussi saisir les nouvelles opportunités qui ne vont pas manquer de se présenter.

L’immobilier est  aussi un outil d’épargne, facilement accessible, même avec un petit ticket d’entrée.

Si l’achat de la résidence principale doit être considéré comme l’objectif prioritaire en immobilier, il faut ensuite envisager l’immobilier sous l’angle d’un produit d’épargne complémentaire et diversifiant par rapport aux placements financiers traditionnels. Pour un montant à peine supérieur à 100 €, la « pierre papier » composée de parts de SCPI et d’OPCI offre un large choix d’investissement dans l’immobilier d’entreprisecommercebureaux ou boutiques comme dans celui de l’habitat résidentiel, sans les soucis de sélection des biens et de leur gestion. Il est toujours bien sûr possible d’investir dans l’immobilier en direct en bénéficiant notamment de l’effet de levier du crédit. Mais que ce soit dans l’ancien ou le neuf (dispositif fiscal Denormandie) dans un marché qui va devenir de plus en plus sélectif de se faire accompagner par un professionnel qui s’inscrit dans une démarche de conseil et de sélection des biens.

En conclusion, pour placer votre épargne en 2020 retenez ceci :

– L’épargne de précaution va continuer à très peu rapporter et moins que 0 % en tenant compte de l’inflation pour obtenir le VÉRITABLE rendement. Ne conservez dans cette catégorie que le nécessaire. Ouvrez un PEL  et pour ceux qui en ont un ancien,  vous pouvez l’alimenter.

– Diversifiez votre contrat d’assurance vie en euros car il va continuer à très peu rapporter. Pour cela, transférez une partie du fonds euros vers des unités de compte (UC) – Que ce soit pour le PEA ou l’assurance vie profitez des conseils de diversification et du suivi des spécialistes de Pyrénées Gascogne.

– Pour ceux qui sont en construction de leur épargne et sont essentiellement investis en livrets et en PEL, prenez date sur l’assurance vie et le PEA « classique » avec le minimum de versement pour les ouvrir car c’est la date d’ouverture qui déclenche le calcul de la fiscalité de l’enveloppe.

– Une fois que vous avez activé, alimenté et animé ces 2 « oasis fiscales », intéressez-vous à l’immobilier « papier » et/ou en direct pour diversifier votre épargne financière. Pour l’immobilier papier vous pouvez avantageusement en souscrire dans votre assurance vie ou dans votre PER.

– Enfin, examiner sans attendre la possibilité se souscrire un PER. Il va devenir dans les mois prochains un incontournable au même titre que l’assurance vie et le PEA.

Dernier conseil,  « les petits ruisseaux font les grandes rivières » ! Sauf à ce que vous soyez persuadés de gagner au loto un jour, il est important dans le contexte actuel de se constituer un capital en alimentant tous les mois une formule d’épargne.

Pour toutes questions, n’hésitez pas à contacter votre conseiller. Les experts de l’Espace Conseil Epargne, se tiennent également à votre disposition par téléphone au 05 59 13 09 83 et par mail à l’adresse suivante espace.conseil.epargne@lefil.com, pour répondre à toutes vos interrogations.

  1. Bonjour,

    Effectivement il faut préciser que dans notre exemple Magalie est détachée du foyer fiscal de ses parents et va donc déclarer les 25 000 € de revenus fonciers dans sa propre déclaration fiscale.
    Ce détachement fiscal permet d’une part de diminuer l’Impôt sur le Revenu des parents et également de sortir de leur ISF la valeur de l’immeuble.
    Pour Magalie le coût fiscal sur l’IR est de 2 301 €, il est de 0 € pour l’ISF en considérant bien sur que c’est le seul patrimoine qu’elle détient.

    Cordialement