Dépôt de garantie et caution solidaire, quelle différence ?

481090069

Le dépôt de garantie est souvent appelé « la caution » dans le langage courant. Or, cela n’a rien à voir avec la VRAIE caution qui est solidaire! Comment s’y retrouver ?

L’approche que j’en ai est loin d’être une réponse de cours… Je dirai que la caution solidaire répond à la question : « QUI ? » et le dépôt de garantie ou « caution » répond à la question : « COMBIEN ? »

Penchons-nous sur le « QUI » :
« QUI »
est la personne (parents, amis,…) ou « l’organisme » vu de façon très large (Banque, Etat,…) qui va prendre le relais si vous êtes défaillant et ne payez plus votre loyer. « QUI » va donc payer le loyer à votre place* car l’engagement est solidaire ! « QUI » rassure toujours un propriétaire au moment de louer un appartement !

Souvent, les parents se portent caution pour leurs enfants dans la mesure où ils peuvent le faire. Mais, si ce n’est pas le cas, vous pouvez vous tourner vers l’Etat qui a mis en place un dispositif spécifique ou vers le Crédit Agricole Mutuel Pyrénées Gascogne. Si vous êtes étudiant, cette dernière solution est moins coûteuse et si vous êtes un « client fidèle » elle est complètement gratuite.

Qu’en est-il du « COMBIEN » ?
« COMBIEN »
est la somme d’argent qui est versée au propriétaire lors de la signature du bail afin de couvrir les dégradations faites dans le logement, ajuster les charges, etc. Le « COMBIEN » est plafonné à 1 mois de loyer pour les locations vides et à 2 mois pour les meublés. Si l’état des lieux de sortie est conforme à celui établi à l’entrée, le bailleur doit restituer le dépôt de garantie dans le délai d’un mois à compter de la remise des clés par le locataire (pour les contrats de loc. signés depuis le 27 mars 2014 seulement avant c’est 2 mois).

En conclusion, dans tous les cas avant de prendre un logement en location, il est fortement recommandé d’établir un budget qui intègre les charges régulières (loyers, EDF, assurance,…) et qui prend en compte les charges exceptionnelles du genre dépôt de garantie, achats de meubles, etc. Surtout si vous avez un esprit un peu « poêt-poêt », qualité appréciable dans d’autres circonstances, il est préférable d’éviter les surprises qui peuvent peser lourd.

Donc, pour alléger la facture, que vous soyez étudiant ou pas, que vous cumuliez les jobs ou pas, si dans tous les cas vos revenus sont limités, la solution réside peut-être à solliciter une des aides au logement proposées par la Caisse d’allocations familiales. Selon votre profil, il peut s’agir de l’Aide personnalisée au logement (APL) ou de l’Allocation de logement à caractère social (ALS). Cela vaut le coup d’essayer !

*dans le cadre défini contractuellement