Finance Responsable Atelier #2

Ce 18 Juin à Paris, avait lieu la 8ème édition des Ateliers de la Finance Responsable, la finance qui met l’argent au service de projets utiles.

Après le premier atelier sur la finance essentielle (à relire ICI), je vous parle aujourd’hui, du deuxième atelier dédié à la l’économie altruiste. Nos sociétés traversent une crise sans précédent qui mobilise chaque jour un peu plus les associations. Au même moment, les finances publiques sont en très mauvaise santé. Les subventions, en moyenne la moitié des ressources du secteur, diminuent déjà. Quelles solutions concrètes envisager pour préserver voire renforcer le modèle associatif ? Les entreprises vont elles réinventer la philanthropie ? Quels nouveaux partenariats construire ?


3 questions à Nicolas Layous


Bio_Nicolas

Nicolas, pourquoi t’intéresses-tu à la finance responsable ? tu es tombé dedans quand tu étais petit ?

Je crois que ce sont des thèmes qui nous touchent tous, et bien souvent c’est assez naturellement que l’on s‘y intéresse. En travaillant au Crédit Agricole Pyrénées Gascogne on est particulièrement sensibilisé à ces sujets qui sont moteurs dans une banque coopérative et mutualiste.

Pour ma part, j’ai la chance de pouvoir m’investir directement sur ces sujets à travers Tookets.

Au delà de ça je partage la conviction qu’il est nécessaire pour les entreprises de multiplier les démarches et les initiatives responsables, solidaires, qui contribuent directement à l’implication des individus dans le développent de leurs territoires c’est primordial et nécessaire pour le progrès de notre société. Impliquons nous, soyons moteur, n’attendons pas que les autres le fassent à notre place !

Nicolas, tu as présenté aux ateliers les Tookets, déjà primés par un awards [Profit for Non Profit] en 2013 puis 2014. Où en sommes-nous de cette monnaie solidaire 4 ans après sa création ?

Depuis le lancement, en avril 2011, effectivement Tookets a bien grandit. Il convient peut être de rappeler que cette monnaie solidaire a vu le jour au sein de la Caisse Régionale Pyrénées Gascogne. Fort de différentes sollicitations, nous avons décidé de créer, en septembre 2012 une coopérative, la Tookets.Coop, qui allait avoir, qui a pour objectif de diffuser ce service à toute structure, à toute entreprise qui souhaite positionner ses clients ou ses salariés au cœur de ses démarches solidaires. Nous sommes une équipe de 5 personnes à travailler sur ce développement, Etienne, Jean-Pierre, moi même et Stéphanie et David (respectivement la présidente et le Directeur Général de la Coopérative), et la coopérative dispose d’un Conseil d’Administration qui contribue pleinement à l’évolution de Tookets.

A ce jour nous travaillons avec une 15aine de Caisses Régionales du Crédit Agricole, et lançons des initiatives avec des magasins d’enseigne de grande distribution comme les « magasins U ».

Pour donner quelques chiffres, c’est 640 000 personnes qui reçoivent tous les mois des Tookets, plus de 4 000 associations partenaires et plus de 400 000 000 millions de Tookets émis, soit plus de 4 Millions d’€.

Baromètre TooKets - Mai 2015
Baromètre TooKets – Mai 2015

Nicolas, le milieu associatif dépend de plus en plus de la solidarité des entreprises locales et des citoyens. Or, l’éco-système change avec ses nouveaux usages du web. Comment les associations peuvent-elle s’adapter et faire leur transition digitale ?

Effectivement ces nouveaux modèles de dispositifs solidaires bousculent les méthodes de collecte de fonds pour grand nombre d’associations, mais pour autant ils disposent d’effets amplificateurs, multiplicateurs sans commune mesure par rapport aux solutions classiques. Cela implique pour les associations de diversifier leurs savoirs faire.

C’est très simple et très compliqué à la fois. Très simple parce que la solution elle est connue, il faut que ces associations travaillent leur présence sur le web et les réseaux sociaux, c’est sur ces espaces là désormais qu’il faut qu’elles concentrent leurs efforts. Pour autant cette transition est bien souvent très compliquée à mettre en œuvre (cette problématique dépasse d’ailleurs le simple champ des associations et concerne tous les acteurs de l’économies, collectivités, entreprises, citoyens). Toutes les associations disposent de vastes communautés de membres, d’adhérents ou sympathisants. L’objectif est désormais d’arriver à solliciter ces communautés avec les outils que le numérique met à disposition. Cela implique de connaître et de maîtriser ces outils. Il y a donc un enjeu majeur à accompagner, à former les associations pour exploiter tout le potentiel de ces espaces.

Merci Nicolas !

Pour suivre l’actualité éco-responsable rejoignez-nous sur twitter @credit_agri_pg

Et pour revoir le fil de la journée des Ateliers: c’est ICI.