Immobilier : Investissez !

immo 1Le marché immobilier résidentiel français est sans relief depuis quelques années.
Dans l’ancien, les prix s’ajustent très progressivement, sans que l’on assiste à un effondrement. Cette tendance devrait se poursuivre. Le niveau des transactions reste stable par rapport à l’an dernier mais est en fort décalage par rapport aux années précédentes.
Dans le neuf, après une année 2014 marquée par une chute des transactions de l’ordre de 34% par rapport aux années 2006/2007, on assiste ces derniers mois à une reprise des réservations et des ventes, avec le retour des investisseurs qui boudaient le secteur.

Elle s’explique par la combinaison de plusieurs facteurs.

Le premier élément concerne la demande de logements qui est très supérieure à l’offre. En 2014, il y a eu moins de 300 000 mises en chantier alors qu’il faudrait environ 700 000 constructions par an pour répondre aux besoins de logements, tirés par les facteurs démographiques et de décohabitation.

Egalement, les mesures annoncées par le gouvernement à la fin de l’été dernier pour soutenir et relancer le marché immobilier ont certainement contribué à la reprise de l’immobilier neuf. La volonté du gouvernement était de libérer du foncier pour tenter d’en réduire les prix devenus bien trop souvent inaccessibles et élargir l’offre pour les promoteurs.

En effet, depuis le 01/09/2014, l’imposition des plus-values sur les terrains à bâtir est harmonisée avec celle du bâti. Les abattements pour durée de détention sont désormais identiques et permettent une exonération au-delà de 22 ans de détention pour l’impôt sur le revenu (au taux fixe de 19%) et de 30 ans pour les prélèvements sociaux. A cette simplification, s’ajoute un abattement additionnel de 30% (qui s’applique après l’abattement pour durée de détention) pour les cessions jusqu’au 31/12/2015.

De façon exceptionnelle, le gouvernement a décidé de mettre en place des abattements (pouvant aller jusqu’à 100 000 € en ligne directe) qui s’appliquent sur les donations de terrains à bâtir ou de logements neufs, sans que ces abattements viennent amputer ceux existants ni ne fassent l’objet d’un rapport fiscal.

De plus, la réduction d’impôt « Duflot » a été assouplie. Il est désormais possible d’opter pour un engagement de location de 6 ans ou 9 ans, prorogeable 3 ans et ce jusqu’à maximum de 12 ans. En outre, depuis le 01/01/2015, le dispositif « Pinel », qui s’est substitué au « Duflot », permet de louer à des ascendants et des descendants dès lors qu’ils n’appartiennent pas au foyer fiscal de l’investisseur et que les conditions de ressources du locataire et de loyer sont respectées.

Enfin, la reprise de transactions s’explique par un niveau des taux de crédit historiquement bas. Cette tendance, qui devrait se maintenir, offre plus de pouvoir d’achat aux acquéreurs et compense la relative baisse des prix.

Il convient donc, dès lors que vous en avez la capacité, d’investir dans l’immobilier sans plus tarder.

Un patrimoine immobilier se constitue progressivement en commençant bien souvent par sa résidence principale, puis des investissements locatifs, offrant un avantage fiscal ou non, et enfin peut être une résidence secondaire.

La règle principale à respecter est la diversification. Elle doit être géographique pour limiter les risques inhérents au marché local et pour s’ouvrir si possible à l’internationalisation. Elle doit être sectorielle (résidentiel, entreprises, bureaux, commerces…) pour profiter des différents cycles de marchés. Enfin elle peut s’exprimer dans la forme de détention et nous pouvons vous accompagner en vous proposant des solutions d’investissements « clés en main » qui vous permettent d’accéder à des secteurs généralement difficilement abordables, de sécuriser vos opérations, ou d’optimiser votre fiscalité…

Prenez contact avec votre conseiller et étudiez ensemble les différentes opportunités qui correspondent à votre stratégie patrimoniale et fiscale.