La traite en famille, c’est fini, place aux robots de traite

Dans cette ferme à Sarraguzan, dans le Gers, la production de lait de vache est une affaire de famille.  Les deux fils, Guillaume et Thomas, se sont installés  successivement en 2012 et 2015. Ils ont développé la ferme familiale progressivement.

Sur cette dernière année, la famille Bernichan a décidé de moderniser son atelier bovin lait par la construction d’une nouvelle stabulation et la mise en place de deux robots de traite.Malgré le contexte actuel, cette décision a  été motivée par plusieurs raisons et notamment par l’amélioration des conditions de travail. Les parents arrivant à la retraite, les robots permettront de réduire le besoin en main d’œuvre tout en libérant du temps aux associés pour s’occuper des autres ateliers de l’exploitation (céréales et poulets de plein air).La nouvelle stabulation peut accueillir 120 vaches en production. Les animaux logent sur une aire couverte de sciure de bois. Une aire extérieure est accessible pour les animaux avec une belle vue les Pyrénées. Le bâtiment est également très fonctionnel en termes de travail et de contention des animaux. Des panneaux photovoltaïques ont été installés en toiture, la vente de l’électricité produite permet d’absorber une partie du coût de ce nouveau bâtiment.

Des vaches autonomes, des éleveurs plus sereins :

Les robots de traite installés sont au  nombre de 2 dans ce bâtiment avec une capacité maximale de 60 vaches par robot. L’accès au robot est motivé pour l’animal par la distribution d’un concentré d’aliment. Toutes les vaches sont équipées d’un collier magnétique qui permet de contrôler l’accès au robot pour ces Dames trop gourmandes (ouverture automatique de la porte par reconnaissance du collier). Les vaches passent en moyenne entre 2 et 2.5 fois par jour au robot, ce qui entraîne une augmentation de la production par jour / vache. Chaque vache est répertoriée et ses données de la traite sont compilées dans un logiciel permettant un suivi très précis de chaque animal.

Le métier d’éleveur prend une autre tournure,  la surveillance et le suivi technique du troupeau viennent remplacer la contrainte journalière de la traite, pour une meilleure efficacité et une meilleure qualité de vie.

La mise en place d’un robot de traite s’accompagne le plus souvent d’une augmentation immédiate du nombre d’animaux afin de rentabiliser l’investissement au maximum.
Pour les éleveurs, plusieurs solutions peuvent être envisagées, renouvellement plus important, achat de cheptel ou location de vaches laitières. Dans un prochain article, nous vous présenterons plus en détail cette formule de location.

Article écrit par Pierre Daroles