#séparations, garder la maison en dédommageant son conjoint

maison et divorce
Vous avez décidé de conserver la résidence principale acquise en commun avec votre ex-conjoint.

 

Cette solution est souvent imaginée, car malgré la séparation, on garde un attachement particulier à la maison, surtout si les enfants y ont toujours vécu.
Ceci implique que vous puissiez reprendre l’endettement existant et verser à votre ex-conjoint une soulte.
Mais, assumer seul une charge financière que l’on avait étudié à deux et intégrer le paiement de la soulte nécessite des ajustements des prêts en cours.

Voici les diverses solutions possibles :

  • Avec l’option souplesse intégrée dans nos prêts habitat depuis 2008, vous pouvez modifier le montant des mensualités de votre prêt habitat à la baisse dans la limite maximum de 30% du montant de l’échéance. La durée du prêt sera rallongée.
  • Si cette 1ère solution n’est pas suffisante pour rééquilibrer votre budget et envisager le financement de la soulte, il est possible, dans certains cas, de rallonger la durée du prêt habitat de 4 ans maximum pour un prix de +0,10 centimes sur le taux initial par année supplémentaire.
    Ceci est réalisé par avenant au contrat, sans avoir à souscrire une nouvelle assurance décès invalidité ou une nouvelle garantie.
  • Enfin, cela peut être l’occasion de regrouper tous les crédits en cours, en complément d’un éventuel financement de soulte.
    Vous repartez sur un nouveau financement avec remboursement de tous les prêts en cours, parfaitement en phase avec votre nouveau budget.
    Quelques points d’attention à savoir : lorsque vous bénéficiez d’un prêt à taux zéro lissé, il peut être compliqué de le conserver en l’état. Si vous avez eu un problème de santé sérieux déclarable au questionnaire de santé, vous pouvez courir un risque d’exclusion et de surprime pour la couverture à l’assurance décès invalidité.

Enfin, n’oubliez pas, quelle que soit la solution choisie, de vous rapprocher de votre organisme de prestations familiales et d’aide au logement.

L’entourage familial peut aussi vous soutenir s’il le peut ou le souhaite : soit en donnant une somme d’argent permettant de diminuer le montant du crédit à rembourser ou de payer directement la soulte, soit en devenant co-débiteur en remplacement du conjoint “partant” ou encore en apportant sa propre garantie en cas de défaillance de l’emprunteur principal.

Malgré toutes ces pistes, il arrive malheureusement parfois que la situation financière de celui qui souhaite conserver le bien reste trop juste pour reprendre l’endettement lié à la résidence principale et la vente du bien est alors incontournable.

Toutes ces solutions sont à étudier au cas par cas, en fonction de votre situation, de vos contraintes et de votre nouveau projet de vie.
Notre Espace Conseil Séparation est là pour imaginer avec vous toutes les pistes possibles.